Skip to content Skip to footer
Le Quotidien de l’Art : Bernard Quentin, artiste homme-orchestre

« Salvador Dalí l’avait baptisé « le pionnier de l’art cybernétique et de l’écriture électronique ». C’était pourtant loin d’être le seul apport de ce peintre, architecte, sculpteur et designer à une carrière prolifique, qui vient de prendre fin à l’âge de 97 ans. Engagé dans la Résistance et l’armée de l’Air pendant la Seconde Guerre mondiale, Bernard Quentin avait repris ses études aux Beaux-Arts en 1945. Basé à Saint-Germain-des-Prés, où il partageait une chambre avec sa compagne Juliette Gréco, avant d’épouser la cinéaste Florence Quentin (La Vie est un long fleuve tranquille, 1988, Tatie Danielle, 1990…), il fréquente Picasso, Wols, Giacometti, Sartre, Éluard, Artaud…Très tôt, il développe une fascination pour les idéogrammes, dont il repère les fondements dans le langage visuel de Paul Klee… »

« Collectionné, entre autres, par Gérard Depardieu, dont il avait réimaginé l’hôtel particulier rue du Cherche-Midi, il n’a cessé de travailler jusqu’à la fin de sa vie : « C’était un artiste productif, innovant, visionnaire, constamment en train de couver des projets. Il ne s’est jamais arrêté. » »

Le Quotidien de l’art, Édtion N°1981, 01 juillet 2020

oeuvres

Cet artiste vous propose

l'artiste
L’art est un langage, un mode d’expression unique qui permet aux artistes d’expérimenter autant qu’aux publics de ressentir des choses intenses ou nouvelles. Parmi les artistes qui ont su questionner le monde au cours du XXe siècle se trouve Bernard Quentin. Né en 1923 à Flamicourt (Picardie), il a toujours su cultiver sa curiosité et explorer les modes de communication de par le monde. Après la Seconde Guerre Mondiale il avait commencé à centrer ses œuvres sur l’écriture, partant du principe que le langage est le lien propice à unir les hommes. Dans sa quête inlassable de conception de signes universels il en était également venu à réaliser des pièces monumentales, à utiliser des matériaux inédits ou à établir une véritable « sémiologie » de l’art. Décédé en juin 2020, il n’aura eu de cesse de créer tout au long de sa vie, et sa participation à Art for All nous prouve une fois de plus son attachement à concevoir des œuvres destinées à tous.

Galerie Loft Paris

France —
3 BIS & 4 RUE DES BEAUX-ARTS
75006 PARIS

Suivez-nous

Newsletter